Éclairages

Des informations supplémentaires sur la méthode

« Nous offrons au cerveau l’occasion et les conditions favorables pour qu’il puisse créer de nouvelles connexions et pour que nous puissions chercher de nouvelles manières de nous organiser. »

« La Méthode Feldenkrais® est une méthode qui est particulièrement riche en tant que source de réflexions d’un point de vue phénoménologique. Ce courant philosophique cherche à penser le corps comme une totalité et comme une subjectivité, et non plus comme un objet ou une machine complexe. Pour Descartes, le corps était un assemblage de parties. La médecine occidentale considère toujours le corps comme des systèmes et parties séparés qui fonctionnent mystérieusement ensemble, mais qu’on pourrait (et devrait) étudier séparément.

La Méthode Feldenkrais® met l’accent sur l’expérience que l’on fait soi-même et transmet l’expérience du corps dans sa totalité. Ce point d’ancrage qui est dans l’expérience subjective même permet de faire le contrepoids à la vision morcelée de l’être. On fait l’expérience que chaque sensation singulière fait sens par son apport à l’ensemble.
L’enjeu de la philosophie au 20ème et 21ème siècle est de repenser le corps comme une totalité. La Méthode Feldenkrais® permet d’éprouver son propre corps de cette manière : nous sommes un point de vue, une perspective qui ne peut pas être remplacée par une autre. C’est le caractère irréductible de la perspective de la première personne : « Je suis l’ensemble de mes vécus, des successions de mes expériences. ». Philosophiquement, ce qui est très fort, c’est que dans la pratique de la Méthode Feldenkrais®, le processus est lui-même basé sur l’expérience en première personne.

Je pense que concrètement, cette manière de ménager chaque sensation particulière, mais de la médiatiser par la totalité, permet p.ex. une rééducation plus rapide.
La phénoménologie décrit le contenu de l’expérience vécue à la première personne (« corps propre » ou « corps vécu », en allemand « Leib » qui est vivant et qui est « à moi »).
Dans la conception phénoménologique du corps, on distingue à l’origine (chez Edmund Husserl, le fondateur de ce courant) entre Körper et Leib. Le premier terme désigne le corps comme organisme, tandis que le second désigne le corps vivant comme totalité, comme « mon corps ». « Leib » est traduit en français alternativement par « corps vécu » et « corps propre ». Et il me semble que la pratique Feldenkrais peut être comprise aussi comme un aller-retour entre ces deux dimensions du corps.

L’attention est une des clés d’apprentissage utilisée dans la Méthode Feldenkrais®. La question de l’attention est un thème philosophique important. L’attention est structurée ici comme une combinaison d’activité et de passivité : chercher quelque chose activement dans le champ perceptif, mais aussi laisser surgir les choses, se laisser surprendre. La pratique Feldenkrais est un domaine où l’on est sans cesse dans cet aller-retour par rapport à son propre corps (et par rapport au corps de l’autre). »
Stefan Kristensen, philosophe et professeur d’esthétique et théorie de l’art

« Apprendre est comme peaufiner une recette. Vous cuisinez le plat avec des quantités et des ingrédients. Vous goûtez le plat. C’est à ce moment-là, en étant dans l’expérience de la dégustation, que vous savez si vous pouvez améliorer la recette. Vous ajustez les quantités et les ingrédients et vous goûtez à nouveau… Se tromper et déguster aide à améliorer la recette! »

« Un collègue praticien Feldenkrais qui est aussi danseur et chorégraphe est parti en Inde pour enseigner la Méthode Feldenkrais®. Il racontait qu’ils appellent là-bas la méthode « floor technique », « la technique du sol ». Mais oui, le sol est beaucoup utilisé dans la Méthode Feldenkrais® pour pouvoir baisser le tonus musculaire de base et avoir une perception corporelle plus fine. »

    <p>Eclairages</p>